top of page

De l'amour


Thème inépuisable s’il en est un, l’amour inspire et fait couler beaucoup d’encre. Tous les arts le célèbrent et il s’exprime à travers eux. Des poèmes aux chansons, des romans aux films, il est souvent le personnage central de l’histoire. Mais que met-on exactement derrière ce mot employé à toutes les sauces, derrière ce sentiment si largement évoqué ? L’amour est il un objet qui se donne et se reçoit ? Est-ce une action que d’aimer ?


Je vous propose de poser un autre regard sur l’amour tel qu’il est décrit, compris et vécu le plus souvent dans notre société. Et si l’amour était juste un courant d’air ?


L’amour comme un gâteau

Dans notre civilisation judéo-chrétienne, la plupart du temps l’amour est perçu comme un gâteau que l’on peut partager. Chacun en reçoit une part plus ou moins grosse : les plus chanceux ont une grosse part et sont forcément heureux ; les moins chanceux ont une petite part, voire des miettes, et sont forcément malheureux. L‘amour est alors vu comme un objet qui se donne et se reçoit. Et nous agissons pour recevoir cet objet tant convoité, pensant que nous sommes aimés pour ce que nous faisons, pour nos actions, nos comportements, nos résultats, nos réussites. Enfant, nous pensons que nous serons aimés si nous avons de bonnes notes à l’école ou si nous sommes poli et bien sage. Plus tard, nous pensons que nous serons aimés si nous soignons notre apparence, si nous avons une profession valorisante, une « bonne situation », de l’humour, de la répartie, de la culture, du charme, de l’attention…


Nous agissons pour recevoir de l’amour et correspondre à l’image que nous nous faisons d’une personne aimable. Nous sommes prêts à étouffer nos envies, nos intuitions, nos passions, nos richesses uniques pour recevoir cet amour de l’extérieur. Avouons-le, nous sommes même parfois capables de contenir notre potentiel, de ne pas exprimer notre créativité unique, par peur de ne pas être aimés. Et nous avons appris qu’il fallait donner de l’amour aux autres quitte à sacrifier une ou plusieurs parts de nous-même. Amour sacrificiel, amour attachement, amour dépendance : est-ce vraiment cela l’amour ???


« L’amour, c’est l’amour sans chaînes. » Toni Bentley

L’amour comme un courant d’air

Le souffle de l’amour


L’amour ne vient décidément pas de l’extérieur. Il ne se donne ni se reçoit. Il n’est ni une action, ni un résultat, ni un objet, ni un gâteau que l’on peut partager. L’amour est un constat.


Nous ne pouvons pas le créer. Nous pouvons juste le ressentir, l’observer, le constater, l’accueillir ou le refuser. L‘amour est une énergie, un souffle. Comme un courant d’air.


Lorsqu’une porte extérieure est ouverte, il ne se passe rien. Mais ouvrez aussi une fenêtre de l’autre côté de la maison… un courant d’air s’installe, un souffle se crée. Ce souffle n’est ni un objet ni une action. Ce souffle est insaisissable. Il est le constat que je fais quand il y a une différence de pression entre les deux ouvertures. Si je ferme la porte, le courant d’air disparaît.


L‘amour est ainsi. Lorsque chacun de nous s’accueille tel qu’il est avec bienveillance, dans le respect de l’être unique qu’il est, dans son authenticité la plus nue, sans vouloir une autre réalité que celle qui est là, chacun est à sa place dans la relation humaine et l’amour circule.


L’amour est aussi insaisissable qu’un courant d’air. Il ne se fabrique pas, il se vit.


« Nous ne vivons que l’amour que nous nous donnons en prenant le risque de vivre notre vérité dans le présent sans aucune dépendance : aucune attente, aucune intention, aucune obligation. Vivre le présent de notre vérité est créateur d’amour. » Jean-Philippe Brébion

Nous accueillir

Nous constatons l‘amour lorsque nous nous accueillons avec bienveillance tel que nous sommes en présence de l’autre, que l’autre s’accueille avec bienveillance tel qu’il est en notre présence et que chacun accueille l’autre tel qu’il est avec cette même bienveillance. Chacun est alors libre de son évolution, sans jugement.


Nous accueillir avec bienveillance c’est être notre propre meilleur ami, celui qui nous accueille tel que nous sommes, en totalité, avec toutes nos particularités et expériences, même celles que l’on a tendance à juger de façon négative. C’est nous accueillir avec beaucoup de douceur et d’indulgence pour nos doutes, nos peurs, notre culpabilité, nos blessures… En nous accueillant pleinement dans cette humanité-là, l’autre est accueilli naturellement dans son humanité. L’amour est alors là, en nous et nous n’avons plus besoin d’aller le chercher chez l’autre.


L’amour commence par cette bienveillance avec nous-même et le seul amour que l’on peut donner aux autres est d’abord d’être doux avec nous-même. Comment peut-on aider quelqu’un si nous sommes nous-même en détresse ? Comment peut-on sauver quelqu’un de la noyade si nous sommes aussi en train de couler ? Comment peut on aimer quelqu’un si nous ne nous aimons pas nous-même ?


« L’amour de soi – qui est le fondement de l’amour – est une expérience bouleversante, ontologique et mystique. Il ne s’agit pas de l’amour porté à cette personnalité que j’ai réussi à construire. C’est une grande sympathie que j’éprouve pour elle tout au plus. Non, l’amour s’ancre ailleurs. Il s’ancre d’abord dans la stupéfaction d’être vivant et étrangement dans l’expérience du corps. » Christiane Singer

L’amour est un témoignage

Quand nous nous accueillons pleinement tel que nous sommes, nous témoignons de ce qu’est l’amour. Nous aimer nous-même, c’est nous choisir à chaque instant, dans le respect de l’être unique que nous sommes. Cela implique de parfois oser dire non à l’autre pour nous dire oui à nous-même, ce qui n’est pas toujours facile par peur de le blesser ou peur de sa réaction. Dire oui et taire notre élan spontané ? Dire non et respecter cet élan intérieur ? Où est l’amour ? Où est l’évolution ?


Quand un non intérieur se présente, nous avons la liberté de l’exprimer, en douceur, avec ou sans explication de ce qui n’est pas juste pour nous. Que l’autre le comprenne ou non, peu importe. Témoigner que nous sommes capable de nous respecter et d’être bienveillant avec nous-même est le meilleur amour que nous pouvons offrir. Nous choisir nous-même tel que nous sommes est le plus beau cadeau que nous pouvons faire à l’humanité !


« S’aimer soi-même est le début d’une histoire d’amour qui durera toute une vie. » Oscar Wilde

L’amour, c’est nous permettre et permettre à chacun de s’accueillir tel qu’il est, dans sa vérité propre, avec bienveillance.

...


Cette vision de l’amour vous évoque t’elle des souvenirs ou des réflexions ? Avez -vous déjà expérimenté que c’est en vous aimant vous-même tel que vous êtes que l’amour circule ?


N’hésitez pas à témoigner dans l’espace de commentaire ci-dessous. Vos témoignages sont des trésors ! Merci.



3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page