top of page

Du regard de l'autre au regard intérieur

Dernière mise à jour : 31 mai 2023


Françoise a découvert la bioanalogie par les vidéos proposées par Conversation Papillon sur les clés de naissance. 15 jours plus tard, elle participait à l’atelier d’initiation aux clés de naissance en plaine nature dans les Alpes de Haute Provence. Elle partage avec vous son témoignage suite à cette expérience. Un vrai cadeau !


« Que chacun s’efforce dans le milieu où il se trouve de témoigner à d’autres une véritable humanité. C’est de cela que dépend l’avenir du monde. » Albert Schweitzer

Accès à la spiritualité

Plus grand que moi

Je crois que j’ai toujours eu une sorte de certitude qu’il existait plus grand que moi, qui me dépasse d’une manière que je ne peux pas imaginer. Peut-être parce que depuis toute petite ma mère me lisait la Bible racontée aux enfants et que j’ai été bercée par ces belles histoires d’un Dieu tout puissant. Et puis, protestante dans un pays catholique, j’ai très vite appris à « défendre » ma foi, je n’étais pas comme tout le monde, il fallait que je puisse expliquer.


Et en mème temps, cela m’a toujours semblé inaccessible, comme s’il me manquait un mode d’emploi, un chemin d’accès. En tant que cheftaine d’éclaireuses, je parlais avec passion de Dieu, j’avais tellement envie d’y croire, mais cela restait hypothétique. J’avais quelques certitudes, Dieu est Amour et il ne veut que notre bien. Mais j’aurais aimé avoir quelque chose de plus tangible, peut-être une rencontre (j’enviais tant ces récits de rencontre), au moins une « sensation ».


Un médiateur pour atteindre le spirituel

Puis j’ai rencontré Thierry, l’homme de ma vie. Il décrivait Dieu comme la lumière blanche qui rassemble toutes les couleurs en une seule couleur éclatante. Il semblait tant connaître ce dont il parlait ! Lui il avait accès ! J’avais trouvé un médiateur, plus besoin de chercher, je pouvais me laisser porter. C’était une forme de confiance, mais conditionnée à une personne que j’admirais.


Bien plus tard, nos chemins ont quitté l’institution religieuse pour explorer d’autres spiritualités. Encore une fois, cela restait pour moi hypothétique. Il y avait des moments très puissants, quand nous jouions de la musique inspirée lors de cérémonies sacrées, mais je le classais plus dans l’émotionnel que le spirituel. Je n’ai jamais entendu de guide me parler, je n’ai jamais vu d’esprit dans un bouquet de fleurs, ni de grand sage dans mes songes et à nouveau la honte de ne pas « y arriver ».


Deuils

Il y a quelques mois, Thierry est parti rejoindre ce monde avec lequel il était si connecté. Et me voilà, sans médiateur, sans tuteur, sans soutien spirituel ni affectif. Je suis convaincue qu’il est là quelque part. Je sais que la vie continue, sous une autre forme. Parfois je le sens, mais comment savoir si ce n’est pas pure invention parce que je le veux si fort ?


Ma vie a complètement éclaté. Depuis quelques années, elle se fissurait de plus en plus. Je me souviens du jour des 18 ans de ma dernière : symboliquement plus personne n’avait besoin de moi, et moi j’étais qui ? J’étais qui si personne n’avait besoin de moi, je servais à quoi ? Je suis tombée dans le vide, j’ai vécu un puissant deuil. J’ai commencé à entrapercevoir que peut-être je pouvais vivre autrement qu’à travers les autres, pour les autres. Les deuils se sont enchaînés, jusqu’à ce dernier qui a fini de saper tous mes repères. Plus personne à qui faire plaisir, plus personne dont prendre soin, et moi dans tout ça, je suis qui ?


« Le deuil est une convalescence. Le repos de l’être absent devient notre propre repos. Il y a de la contagion dans la mort. » Robert Baillie

Une série de découvertes

Le déclencheur

Et voilà que m’arrive un mail qui annonce une série de vidéos… encore. Pourquoi je lis celui là, pourquoi je m’y intéresse, pourquoi je décide de regarder les vidéos ? Ces vidéos me passionnent au point que je m’inscris dans la foulée à un stage, moi qui n’arrive plus à sortir de chez moi depuis le départ de Thierry. Et je découvre un nouveau paradigme, un nouveau monde ! Les clés de naissance !


Sur place

Je découvre d’abord un groupe merveilleusement bienveillant, je comprendrais mieux pourquoi au cours de la formation, c’est inhérent à la bioanalogie. Je découvre une nature préservée, un lieu magnifique, hors du monde, hors du temps ! Je découvre Blandine qui me permet de me sentir à l’aise tout de suite. Les temps de théorie sont vivants, émaillés d’exemples (les nôtres décortiqués – encore mieux), on ne s’ennuie jamais ! Et pour intégrer cette théorie, quoi de mieux que d’aller les vivre dehors, dans le corps, dans cette magnifique nature à notre disposition ? Je n’oublierai jamais cet arbre qui a illustré ma manière de vivre, ou ce feu qui a accueilli ce dont je ne voulais plus…. Et que dire de ce temps au bord de la rivière où Blandine m’a donné les permissions dont j’avais besoin pour aller au bout ?


Je suis unique

Ma première « découverte » est que je suis unique, et donc non comparable, et donc non « validable » par qui que ce soit (exit la quête sans fin de reconnaissance). Je suis parfaite telle que je suis, je suis au bon moment, au bon endroit. Je l’avais déjà entendu, le « plan de Dieu », « Dieu ne fait pas de la camelote », « tu es ta meilleure amie », et pourtant j’ai tant voulu être une autre, tant voulu « m’améliorer », j’ai passé tant de temps à me flageller, à me nier, à me refuser.


Et si le bien et le mal n’existaient pas ? Si la dualité n’existait pas ? Pourquoi le Ciel et la Terre seraient-ils séparés ? Il y a le Ciel et la Terre et la rencontre entre les deux. Il n’y a pas de Ciel sans Terre, ni de Terre sans Ciel. Tout cela fait partie du tout ! La vie est en trois plans. Mais oui, bien sûr, la Trinité !


Tout est là

Il n’y a pas à chercher quoi que ce soit à l’extérieur, même pas un sens à ma vie, même pas une mission. Tout est à sa place, je peux juste me laisser traverser par la vie, la laisser prendre sens en moi. Il n’y a rien à atteindre, il n’y a nulle part où aller, il n’y a pas de but à avoir. L’essentiel est de vivre, et d’embrasser la vie de tout mon être, à chaque instant.


Dieu n’est pas à l’extérieur de moi, Dieu est en moi, Dieu est moi, je suis Dieu. Tout est là, tout est accompli… on me le disait déjà au catéchisme ! Je découvre, avec peur et hésitation, qu’il n’y a rien à chercher, rien à atteindre, rien à attendre, il n’y a pas de mode d’emploi, il n’y a pas de chemin. De même l’amour n’est ni à chercher, ni à recevoir, ni à donner, l’amour est, l’amour est moi, je suis l’amour.


« Le monde est né de l’amour, il est soutenu par l’amour, il va vers l’amour et il entre dans l’amour. » Saint François de Sales

Aujourd’hui

Confiance

Et depuis quelques jours, j’ai la sensation que Thierry est là, comme s’il était dans la pièce à côté, je sens sa présence. Dans ces moments là, il n’y a plus de manque, je suis remplie. Le manque revient parfois, déchirant, insupportable, parce que j’aimerais tant me blottir dans ses bras, mais je sais maintenant qu’une fois les émotions accueillies, une fois mon mental – qui refuse la réalité – calmé, je peux revenir à la paix et la confiance. Nous ne sommes pas séparés, il est moi, je suis lui, nous sommes le Tout !


Aujourd’hui j’apprends à accepter qui je suis, même si je ne sais pas qui je suis…. en tout cas ne pas tenter d’être une autre … tomber les masques, ne plus faire semblant pour faire plaisir…découvrir ce qui me fait plaisir, ce que j’aime, ce dont j’ai envie… à chaque instant ; accepter ce qui vient, prendre les leçons que la vie m’apporte pour mieux me comprendre et moins tomber dans la survie… et accueillir aussi ces moments de survie, qui ne sont ni bien ni mal. Accepter la situation telle qu’elle est, ne pas vouloir d’autre passé que le mien. Vouloir à tout prix que ma vie ait un sens, c’est vouloir réparer le passé…


Douceur

Cela adoucit ma peur de manquer, ma peur de l’avenir. Je cultive la confiance ! J’entends encore ma mère me citer ce verset biblique « Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, ils n’amassent point dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit ! » (Matt 6, 26). Tout était là depuis le début, pourquoi ne pouvais-je l’entendre ? Le temps n’était sans doute pas venu pour moi (« il y a un temps pour tout » dit aussi la Bible).


Aujourd’hui j’entends et j’apprends. J’apprends à vivre l’élan de l’instant, l’envie présente. Je me laisse vivre ! J’apprends à accueillir mes peurs qui croient me protéger, et qui aujourd’hui me freinent, et elles font partie de moi, je ne les rejette plus. J’apprends à ne pas chercher de but, à ne pas me mettre d’objectif. De toutes façons, dès que je « m’oblige », c’est la cata, je me sens mal, je tourne en rond, je cafarde.


Discernement

C’est très difficile, parce que c’est comme remonter le courant de toutes mes croyances, de tout ce que j’ai appris : « tu iras jouer quand tu auras fini tes devoirs », « tu prendras la voie que tu veux… quand tu auras eu ton bac », etc etc. C’est un exercice de vigilance et je trébuche, encore et encore. Et je me relève, de plus en plus rapidement, et surtout sans jugement d’avoir trébuché.


Je ne vois toujours pas les petits lutins dans la forêt, je ne parle toujours pas avec mes chers disparus, mais aujourd’hui cela n’a plus tant d’importance. Je ne sais pas à quoi je sers, je ne sais pas où je vais. Je VIS !


Je n’ai pas fini de découvrir tout ce que la bioanalogie m’apporte comme complément pour traverser cette période si difficile ! Merci Blandine pour m’y avoir fait prendre goût, simplement, facilement. Ton enthousiasme est communicatif !


Françoise


« Pour vivre, laissez vivre. » Baltasar Gracian y Morales

...


Merci infiniment Françoise pour ce témoignage intime, profond et sincère. Merci pour ta belle présence lors de cet atelier en pleine nature où tout était réuni pour vivre un puissant processus intérieur. Merci d’avoir osé venir et bravo d’avoir osé aller au fond, même quand ce fond était noir…


Si ce témoignage vous inspire, vous questionne, vous touche, n’hésitez-pas à laisser un message dans l’espace de commentaires ci-dessous.

Si, comme Françoise, vous vous sentez appelés à vivre cet atelier, toutes les infos par ici.

26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page